dimanche 19 février 2012

Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques

Gérard Thomas, Liberation.fr, 19 février 2012

Il y a dix ans, l'Argentine s'est redressée face à la crise sans avoir besoin de l'aide du fond monétaire international (FMI). Selon l'ancien ministre de l'Economie, Roberto Lavagna, la Gréce devrait songer à prendre la même direction. En effet, le FMI fait des prêts, sous conditions drastiques aux pays endettés afin de les aider à sortir de la crise. Cependant, cela n'est qu'illusion car il propose systématiquement le même genre de contrat d'ajustement fiscal sans l'adapter à la situation du pays! Les moyens de pression mis en place par le FMI consistent à la baisse des salaires, des pensions, des aides publiques et des travaux publics afin de rembourser au plus vite les créanciers. Or, c'est le contraire qu'il faudrait faire car l'argent prêté augmente le déficit et risque de ne plus réapparaitre! Le meilleure moyen est de créer un cercle vertueux en relançant la consommation sur le long terme, en augmentant les échéances des endettés et en investissant dans le pays afin de créer de la valeur ajoutée lui permettant ainsi d'augmenter sa productivité!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire